Salon suisse de la santé à l’EPFL: La Health Valley dans toute sa splendeur

I. Introduction

Du 13 au 16 novembre 2014, s’est déroulée la première édition du Salon suisse de la santé. Le succès de cette toute première édition fut non seulement la qualité et la diversité des stands des différents exposants et les conférences, mais également l’interaction avec le public dans le contexte imposant mais sublime du SwissTech Convention Center de l’EPFL. Sur fond ludique et accessible aux grands comme aux petits, ce salon a brillé par son excellence, accueillant plus de 28’000 visiteurs par jours.

Le public a pu se sensibiliser au monde de la santé de diverses manière: en effectuant des prises de sang/vaccins sur un mannequin, se baladant dans un colon géant ou dans des poumons cancéreux, se familiarisant avec des outils de chirurgie à distance, en prenant en photo leur iris, effectuant un test d’audition, en mesurant ses limites de pulsation cardiaques, etc.

SwissTech Convention Center
SwissTech Convention Center, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Tous les acteurs de la santé et leurs partenaires étaient présents, dont notamment les représentants du monde académique (EPFL, Universités, Hautes Ecoles, etc.), des institutions publiques et privées (Hôpitaux universitaires, SUVA, cliniques privées, etc.), d’associations professionnelles (p.ex.: la SVM – Société vaudoise de médecine), de l’industrie, de multiples Start-Up, de l’Etat de Vaud et des politiques.

En somme, beaucoup d’informations atour de la prévention et de documentation à disposition des visiteurs, mais aussi une forte présence de l’innovation par les projets de la recherche du « Human Brain Project » et les Start-up du Parc Scientifique de l’EPFL (PSE). L’occasion d’analyser les perspectives technologiques découvertes dans ce salon.

II.  Nouvelles technologies et santé – l’innovation de demain

2.1   Suisse romande : cœur de l’innovation en matière biomédicale

Si les technologies de l’information ont eu le vent en poupe ces dix dernières années, l’innovation des cinq à dix prochaines années concerne les Technologies de la santé ou Sciences de la vie (Health Technologies, Life Science). L’interaction homme-machine, l’analyse des données médicales par les nouveaux outils connectés, les applications médicales sur Smartphones et la connexion permanente de ces outils à Internet, tout s’accélère et nous y goûtons déjà.

Le Quantified Self ou le Self Tracking est déjà dans nos mains et bientôt dans … notre corps? Récolte, analyse, transfert de nos données sur notre métabolisme et notre psychisme, voilà vers quoi tendent ces nouvelles technologies. Même si nous ne maîtrisons pas encore la portée et les risques futur d’une généralisation de leur utilisation, leur analyse et le partage de toutes ces données, le business est lancé et la tendance va s’accélérer.

La Suisse romande est un terrain propice au développement de ces technologies. L’expansion de la Health Valley offre d’immenses perspectives technologiques et constitue un moteur pour l’économie Suisse et le secteur de l’innovation. Les ambitions du Campus Biotech à Genève sur l’ancien site de Merck Serono, l’implantation d’innombrables entreprises suisses et étrangères dans le domaine biomédical, la participation de l’EPFL au Human Brain project… Tout indique que l’explosion de ce secteur se déroule actuellement sous nos yeux.

Pour voir une carte interactive impressionnante de toutes les entreprises romandes actives dans ce secteur: HealthValley.ch.

2.2  Aperçu des entreprises de demain

Durant ces quatre jours, les nombreux exposants et conférenciers ont permis au public de goûter au futur dans le domaine de la santé. La forte présence du « Blue Brain Project » (partie du Human Brain Project sur le site de l’EPFL), a illuminé ce salon d’ambition et de mystère sur les possibilités quasi illimitées dans le secteur des Sciences la vie. Voici quelques exemples d’entreprises qui ont été sélectionnées pour présenter leur projet :

Qloudlab: Outil permettant d’analyser son sang et de transmettre les résultats à son médecin ou à un centre d’analyse.

GaitUp: Monitoring et analyse des mouvements destinés aux sportifs d’élite, à des patients ordinaires ou à des personnes âgées. Pour ces dernières, l’un des objectifs est d’analyser les pas (nombre, fréquence, degré d’hésitation devant un obstacle, etc.) en vue de prévenir le risque de chute et apporter des conseils, voire des interventions médicales pour optimiser leur quotidien.

Mindmaze: Un dispositif médical avec logiciel 3D (caméra et écran de projection), pour les hôpitaux et les cabinets spécialisés, à mi-chemin entre le jeu et les exercices physiques pour la rééducation de personnes ayant subi des traumatismes avec des conséquences sur l’appareil locomoteur. Une incitation à la rééducation sous forme ludique.

SmartCardia: Un appareil sensitif permettant de détecter les émotions de la personne qui tient les capteurs sur la base des pulsations cardiaques, respiration en temps réel et de conductivité de la peau. Le dispositif serait capable d’analyser ces différents signaux biologiques et aboutir intégrer et les niveaux d’émotions de l’individu en question. Les applications pratiques sont destinées aux jeux vidéos, aux athlètes de haut niveau, à gérer l’environnement de son appartement avec une télécommande sensorielle, etc.

Anergis: Une entreprise pharmaceutique pour la recherche clinique dans le domaine de l’immunothérapie contre les allergies. Cette société prometteuse aurait découvert et développe une thérapie basée sur une méthode d’inoculation d’un vaccin contre les allergies appelé « Contiguous Overlapping peptides (COP) ». Ce vaccin intitulé « allerDM » aurait la faculté d’accélérer de manière significative le temps du traitement et de réduire à 2 mois le temps de désensibilisation contre une durée de 3 à 5 ans avec les méthodes existantes. En 2013, cette société terminait le dépôt de ses brevets qui avait débuté en Suisse en 2001.

Gene Predictis: Une start-up qui ambitionne de révolutionner l’approche de la santé par une médecine personnalisée sur la base d’analyses génétiques. Vivre mieux et plus longtemps, en répertoriant une cartographie génétique d’un individu et lui indiquer les facteurs de risques qu’il comporte.

III.  Conclusion

Que le concept de ces entreprises soit attractif ou non, il faut bien reconnaître l’ampleur que prend la Swiss Health Valley dans le domaine des biotechnologies et le secteur de l’innovation biomédicale.

On constate l’avènement d’une médecine à distance et personnalisée, qui risque de poser de nombreuses et complexes questions en matière d’éthique et de santé publique. On ne peut le nier, le futur de la médecine est à nos pieds et se trouvera bientôt dans les salles d’opérations, les cliniques cabinets privés, voire à la maison pour une médecine personnalisée, individuelle et autonome.

Le salon suisse de la santé deviendra-t-il le lieu incontournable en la matière? Quels seront les défis de demain s’agissant de ses technologies?

Peut-être un début de réponse lors du prochain salon au SwissTech Convention Center de l’EPFL du 24 au 27 novembre 2016. Les inscriptions seront ouvertes sur le site Internet de planète santé.

A vos agendas !